Enter your keyword

L’éducation des enfants à la sécurité dans la rue

L’éducation des enfants à la sécurité dans la rue

L’éducation des enfants à la sécurité dans la rue

Ça y est ! Votre enfant marche, gambade à toutes jambes voire commence son expérimentation du vélo… La rue devient une toute nouvelle « aire de jeux » autant qu’une nouvelle zone d’apprentissage de la sécurité. L’éducation des enfants à la sécurité dans la rue est un sujet important en parentalité positive et voici quelques suggestions pour vous accompagner au mieux dans cette nouvelle étape de sa découverte du monde…

L’éducation des enfants et la parentalité positive ! 

La sécurité dans les rues

Votre enfant commence à marcher, à faire de la draisienne, du vélo et vous partez à l’aventure sur les trottoirs ? Comment faire pour vivre vos déplacements de manière sécurisée et sereine ?

Quelques suggestions :

Avec un.e petit.e qui marche, la solution de lui donner la main sera de courte durée, car, bien vite, votre enfant aura envie de plus de liberté et cela risque de transformer vos sorties en conflits, mais surtout, c’est une solution qui ne garantit pas sa sécurité si jamais il ou elle vous lâche la main. C’est pourquoi, je préfère enseigner très tôt aux enfants à marcher sans donner la main. Pour cela, on peut prendre le temps de s’entraîner dans un quartier sans voiture ou presque. En se mettant à sa hauteur, on peut lui expliquer avec des mots simples :

Les zones de sécurités

La notion de trottoir : « On marche sur le trottoir, c’est là que l’on est en sécurité. Sur la route, il y a les voitures et c’est dangereux. Les voitures, ça peut faire « boum » ». Plusieurs fois si besoin. Si l’enfant essaie de descendre (et il ou elle va sûrement le faire plusieurs fois), on reste patient.e et on recommence. Dès que l’enfant remonte bien sur le trottoir, on le félicite « Voilà, c’est ça, super ! » (je ne suis pas pour les compliments de ce type, mais pour la sécurité, si !). On peut aussi indiquer à l’enfant qu’il ou elle doit marcher du côté des murs et pas du côté des voitures.

Instaurer et bien expliquer des règles claires

La notion de « stop » ou « attends » : « Quand je dis « stop », tu t’arrêtes. » Et même chose que pour le trottoir, on répète autant que nécessaire et on félicite son enfant dès que c’est bon !

De même, la notion de passage piéton et de traverser en donnant la main est rapidement indispensable. Toujours à hauteur d’enfant, on prend le temps de montrer les lignes blanches, de montrer d’où viennent les voitures, on précise qu’on donne toujours la main sur le passage piéton (et comme le reste du temps, on laisse l’enfant marcher libre, il ou elle acceptera cette contrainte beaucoup plus facilement), on peut répéter qu’ici on s’arrête et qu’on attend celui ou celle à qui on donne la main donne le départ. Quand on est arrivé de l’autre côté, encore une fois, on félicite l’enfant qui comprend ainsi que c’était bien comme ça qu’il fallait faire.

En draisienne, on fera le même entraînement, en insistant surtout sur le code pour s’arrêter.

À vélo, les enfants sont plus grands et vont plus vite. Au-delà du code pour s’arrêter, prévoir l’endroit où l’on s’arrête et on s’attend ajoute une sécurité supplémentaire « Tu m’attends au poteau jaune, ok ?! » ou mieux en impliquant l’enfant : « Tu m’attends au poteau jaune ou à la poubelle ? » Et féliciter l’enfant d’avoir respecté le contrat lui donnera envie de continuer. « Super, tu t’es arrêté.e pile à l’endroit indiqué ! Merci. On continue ? Alors, quelle est la prochaine étape ? ».

Et plus l’enfant grandit, plus on lui laissera prendre de la distance.  Quand on rentre à la maison, on peut le remercier pour son écoute et lui dire le plaisir que l’on a à se promener comme ça avec ce sentiment de sécurité parce qu’il ou elle fait preuve de prudence. « J’aime vraiment me promener comme ça avec toi. Tu fais attention aux voitures, tu m’attends toujours. Je me sens vraiment serein.e ». Cela aide l’enfant, à savoir quel comportement est adapté et nourrit son sentiment de compétence. Il ou elle peut se dire « Je suis prudent.e. »

Si vous aussi, vous avez des difficultés avec votre enfant, s’il rencontre des problèmes de confiance en lui, etc. … vous pouvez consulter les différentes prestations proposées par Lauranne consultante en parentalité positive chez Happy Nanny.

Vous faites face aux troubles du sommeil de votre bébé ? Caroline Ferriol, consultante spécialiste du sommeil des bébés et des enfants, et ses Fée Dodo sont à votre écoute. Elles vous accompagneront sur la mise en place d’outils et de processus qui permettront à vos bébés et enfants de dormir sereinement.

Bonne route à toutes et tous !